Peut-on changer de vie à tout âge ?

Thèmes : ,
Plusieurs femmes d’âges divers échangent sur leurs envie de changer de carrière et à enclencher une formation professionnelle

Changer de vie, c’est le rêve de 74 % des français selon une enquête menée par Opinion Way et l’Afpa en 2014. Un phénomène qui s’est amplifié depuis la crise économique et sociétale de 2008. Il est maintenant loin le temps où on intégrait une entreprise pour y faire toute sa carrière jusqu’à la retraite. La reconversion professionnelle s’inscrit comme une phase naturelle dans un parcours personnel. Il est lui aussi fait de profonds changements, depuis les années 70. Et même pour le meilleur si on en croit toutes celles et ceux qui ont osé changer de vie à 20, 40 ou même à l’âge de la retraite. Zoom sur les motivations, envies et possibilités.

Changer de vie à 20 ans, au début de ses études

20 ans c’est le plus bel âge de la vie pour bon nombre de personnes. La période où tout est possible, toutes les portes sont ouvertes.  Le bac en poche, la vie étudiante, les fêtes, les amis, les rencontres, la découverte de la vie… Oui mais voilà quand on a 20 ans, ce n’est pas toujours le cas, et peut-être même de moins en moins. S’affranchir des parents, d’une voie toute tracée, découvrir le monde, vivre une autre vie que celle des générations précédentes, avoir du temps pour soi, ne pas tout sacrifier à une carrière et un statut social. De plus en plus de jeunes s’interrogent sur le sens à donner à leur vie. Surtout ceux qui ont vu leurs parents se faire laminer par le système ces dernières années…

Changer de vie à 30 ans, au début de sa vie active

Une vision du monde du travail qui devient réelle à 30 ans, après plusieurs stages, services civiques, jobs d’été, voir premier CDD ou CDI. Travailler pour payer ses factures, son crédit immobilier, courir après le temps… Ou encore fonder une famille comme tout le monde, attendre ses 3 semaines de vacances en août. Non merci, ce système est largement dépassé pour bon nombre de trentenaires ! Ceux-ci n’hésitent plus à tout lâcher, même après un bac + 5, pour s’engager dans l’humanitaire ou reprendre une formation artisanale, ouvrir un commerce ou s’installer à la campagne. Beaucoup sont écœurés des bullshit jobs, certes rémunérateurs, mais tellement vides de sens…

Changer de vie à 40 ans, l’âge de la maturité

Un job vide de sens… Mais qui peut avoir des avantages non négligeables : salaire, RTT, mutuelle, obtention d’un crédit, congé maternité, horaires aménagés, etc… Mais qui après les aléas de la vie fait qu’il manque quelque chose d’essentiel à  l’épanouissement personnel : les valeurs, l’utilité, le plaisir. Des éléments qu’un job dit « classique », n’apporte plus dans une société où le toujours plus ne prend plus en compte le salarié en tant qu’humain à part entière. Le travailleur est devenu un maillon de la chaine, une variable d’ajustement, dans de grosses boites où tout est bien séparé et immuable. L’évolution n’est plus guère envisageable. Monter les échelons dans la hiérarchie comme l’ont fait nos parents n’est plus d’actualité depuis longtemps.

Changer de vie à 50 ans, l’âge du temps pour soi

Alors que faire ? Après 20/25 ans de carrière, il est peut-être temps de tout plaquer et penser à soi. Encore plus si les enfants sont partis, la maison payée… Voire parfois le conjoint parti avec un(e) autre ! Et que la liberté semble à portée de mains. Vient alors le temps de la remise en question, des bilans, de la liberté qui s’offre…

On sait ce qu’on ne veut plus. C’est à dire très souvent se sacrifier, surtout pour les femmes. Et on sait ce qu’on veut : être soi et avoir du temps pour soi. On sait ce qu’on vaut, on a fait ses preuves. On a prouvé ses compétences. Et on ne veut plus que d’autres décident pour nous. Un champ des possibles s’offre aux cinquantenaires, pas tous, mais à celles et ceux qui osent et qui saisissent leur chance. On peut devenir égoïste aux yeux des autres, mais c’est justement pour être mieux avec les autres.

Changer de vie à 60 ans et plus, à l’âge de la retraite

Les autres, ce sont ses parents, devenus dépendants. Ou encore ses enfants, qui ont pris leur envol. Ou même ses petits-enfants… Pour lesquels, il est hors de question de devenir une mamie gâteau avec un chignon tout blanc et des petits sablés qui dorent au four. A 60 ans on travaille encore. Et si on a de la chance, on fait le job qu’on voulait faire depuis toujours sans oser se l’avouer. On s’offre des voyages, une nouvelle jeunesse, des sorties entre ami(e)s, un engagement bénévole, une nouvelle rencontre sentimentale. Car on se fait plaisir, on ne culpabilise plus. On se fiche du regard des autres, on ne coure plus après le temps. Bref on profite ! Pour le reste de sa vie, car jusqu’à la fin il est toujours possible de se créer la vie qu’on veut !

Prenez votre carrière en main !

Vous n’êtes pas seule face aux problématiques spécifiques que vous rencontrez.
5A Conseil accompagne les femmes dans leur carrière. Conventionné et accrédité par de nombreux organismes, nos prestations sont financées à 100% dans la très grande majorité des cas. Nous proposons des prestations de bilan de compétences, de VAE, de coaching, de formation...
N'hésitez pas à nous contacter pour convenir d'un rendez-vous !