Comment faire le grand saut de la création d’entreprise après un bilan de compétences ?

Thèmes : ,
Faire le grand saut de la création d’entreprise - 5A Conseil ©

Créer son entreprise est un rêve caressé par énormément de monde à un moment ou un autre de sa carrière. Très souvent pendant ses études car on ne se voit pas travailler dans un bureau, avec des collègues plus âgés et un patron sur le dos, mais aussi parce que les success stories d’Airbnb, Free ou Blablacar font rêver. Mais il est une autre période où cette envie revient en force : c’est lorsqu’on s’interroge sur ses choix de carrière et de vie, ses envies profondes, le parcours qu’il reste à terminer jusqu’à la retraite. Va-t-on supporter encore longtemps cette même place dans l’open space, ces mêmes rituels café-potins, cet ennui qui n’a fait que croitre ces dernières années… ? On se dit que peut-être il serait temps de se remémorer ses rêves de jeunesse et d’enfin se lancer.

Depuis la loi sur L’initiative Economique portée par Renaud Dutreil en 2003 et la création du régime de l’autoentrepreneur en 2009, la création d’entreprise a été très dynamique en France, avec une hausse de 155% entre 2000 et 2014. Après deux années de baisse en 2012 et 2013, les créations sont reparties à la hausse en 2014 (+2%).

Selon une étude réalisée par le Salon des Micro-entreprises qui se déroulera à Paris du 6 au 8 octobre, les entrepreneurs sont passionnés, optimistes, heureux et bourrés d’énergie, malgré la conjoncture économique et la petitesse des entreprises de l’Hexagone (95% des entreprises en France sont des microentreprises). L’enquête montre également que les entrepreneurs sont satisfaits de leur vie et attachés à leur indépendance. Pour autant s’ils avaient le choix, 46% d’entre eux opteraient de nouveau pour un poste de salarié, en priorité pour la sécurité financière, au moins pour quelques années le temps que la situation économique se stabilise dans le pays, même s’ils y perdraient en épanouissement personnel.

Bien que seules 32% des entreprises créées en 2014 l’ont été par des femmes, 47% d’entre elles souhaitent se lancer dans leur propre projet un jour. Leur frein principal : conjuguer vie familiale et gestion de l’entreprise. Les femmes quand elles créent, sont plus représentées dans l’enseignement, la santé et l’action sociale ainsi que dans les services aux familles. L’industrie continue à se féminiser, 47% des entreprises du secteur ont été créées par des femmes en 2013, contre 30% en 2003.

Pour encourager l’entrepreneuriat féminin, la Salon des Micro-entreprises organise le 7 octobre La Journée Nationale des Femmes Entrepreneures avec la présence de Pascale Boistard, Secrétaire d’Etat chargée des droits des femmes.

Créer son entreprise est certes stressant, car une fois le choix fait, il faut se lancer dans l’aventure de toutes ses forces pour trouver ses premiers clients et/ou partenaires, se faire connaitre, parfois lever des fonds, devenir polyvalente, se lever chaque matin en se demandant si on pourra payer toutes ses charges et se verser un salaire en fin de mois, lutter contre cet ascenseur émotionnel qui est le lot de tous les chefs d’entreprise, etc… Mais une fois mis de côté des éléments qui peuvent faire peur au début, créer son entreprise, c’est aussi et surtout relever des challenges en permanence, se dire que tout est possible, apporter sa petite pierre à la société, créer de la valeur, des emplois, avoir ses propres horaires, choisir ses clients, être LA personne qu’on est vraiment sans avoir à jouer un rôle auprès de ses collègues de bureau, comme on a pu le faire ces dernières années.

Comme tout changement de vie, créer son entreprise après avoir fait un bilan de compétences, il y a toujours un prix à payer, des sacrifices à faire, des périodes de doute, d’incompréhension, de peurs, de culpabilité, d’incertitudes. C’est un choix qui doit être mûrement réfléchi et balisé avant de faire le grand saut, pour ne pas le regretter et mettre en péril sa famille. Créer sa boite à 25 ans ou à 50 ans n’est pas du tout la même chose et les risques sont plus grands quand on a une maison, des enfants, un crédit, un train de vie à tenir. Il faut tout mettre dans la balance et voir si c’est vraiment ce dont on a envie au fond de soi, si on a les épaules pour cela et si on est prêt à se jeter dans le vide. Mais une fois la décision prise, il y a fort à parier que vous ne le regretterez pas et que vous oublierez vos peurs d’avant, tant ce qui vous attend est exceptionnel et tellement vous pourrez vous épanouir dans votre nouveau costume de chef d’entreprise !

Face aux problématiques spécifiques que vous rencontrez, 5A Conseil accompagne les femmes dans leur carrière.
Conventionné et accrédité par de nombreux organismes, nos prestations sont financées à 100% dans la plupart des cas.
Nous proposons des prestations de bilan de compétences, de VAE, de coaching, de formation...
N'hésitez pas à nous contacter pour convenir d'un rendez-vous !