Dirigeants, travailler moins pour se préserver

Thèmes :
Parfois, il est bon de ralentir un peu pour se préserver et préserver les performances de la boîte.

Dirigeants de petites ou grandes entreprises, ils sont nombreux à se dévouer corps et âme au travail. Pierre angulaire de la réussite de leur boîte, ils ne comptent pas les heures, au point parfois de totalement déséquilibrer leur rapport entre vie professionnelle et vie personnelle. Pour la santé de ces personnes comme pour celle de leur entreprise, ce déséquilibre n’est pas sans conséquence. Parfois, il est bon de ralentir, de travailler moins pour se préserver et préserver les performances de la boîte.

Les chiffres clés

D’après l’Observatoire Entreprise et Santé Viavoice-Harmonie Mutuelle, presque 45 % des dirigeants reconnaissent avoir des difficultés à concilier leur activité professionnelle et leur vie privée. Aussi, un tiers de ces patrons déclarent travailler plus de 60 heures par semaine, ce qui rend d’autant plus compliqué le fait de consacrer du temps libre à d’autres choses. Nous connaissons aujourd’hui l’impact du manque de sommeil sur la santé : ils sont plus de 40 % des dirigeants à avouer qu’ils dorment trop peu. Associé à un manque d’activité physique et de loisirs, à une alimentation peu équilibrée et à la multiplicité des tâches à accomplir au quotidien, les risques de surcharge mentale voire de burn-out à terme, deviennent alors élevés. 

Le lien entre santé et performances au travail

Si la plupart des dirigeants se donnent autant, c’est parce qu’ils ont à coeur la réussite de leur projet. Seulement, à vouloir trop en faire, on prend le risque que cela devienne complètement contre-productif. En effet, il existe une forte corrélation entre l’état de santé du patron et  celui de l’entreprise. Les experts ont analysé que le niveau de résultats d’une entreprise atteignait son plus haut niveau lorsque son dirigeant travaillait entre 35 et 44 heures par semaine, pas plus. Car au-delà de 55 heures par semaine, les résultats sont à leur plus bas. Dans la même veine, un niveau de loisirs de 5-6 heures par semaine se reflète de façon positive sur les performances de l’entreprise, tandis qu’à moins de 2 heures par semaine, l’activité économique se montre moins élevée.

Effet Zeigarnik et surcharge mentale

En tant que dirigeant, on multiplie souvent les casquettes : missions managériales, gestion des imprévus, considérations financières etc. Or, l’esprit a naturellement tendance à se souvenir davantage des tâches inachevées ou non accomplies, plutôt que de ce qui a déjà été terminé. C’est ce qu’un chercheur russe a appelé de son nom l’effet Zeigarnik. Un patron a donc constamment en tête tout ce qu’il n’a pas encore fait et qu’il lui reste à faire pour espérer voir fonctionner correctement son entreprise. Son esprit est bien souvent occupé en permanence jusque dans ses moments de temps libre. D’autant plus aujourd’hui, où nous sommes connectés de façon instantanée à n’importe laquelle de nos messageries (mails, téléphone, groupe de travail et autres). Tout ceci conduit à terme à une forme d’épuisement mental, qui peut ensuite entraîner des pathologies plus importantes sur le plan psychologique et/ou physique. Attention donc à la surchauffe, qui en plus conduit souvent à prendre les mauvaises décisions par manque de recul et de lucidité sur les situations. 

Réconcilier vie pro et vie perso

Pour retrouver un équilibre, les dirigeants doivent apprendre à travailler moins pour se préserver, à circonscrire leur rôle en discutant avec les salariés. Peut-être ces derniers apprécieront-ils de se voir attribuer davantage de missions ? Dans ce cas, le dirigeant peut se soulager en déléguant une partie de sa charge de travail, et en s’accordant du temps libre. Il est également important de réaliser qu’il est impossible de tout bien faire dans la vie. Nous devons nous libérer de l’injonction à tout réussir sur le plan personnel comme professionnel. Être à la fois un excellent patron, un excellent collègue, un excellent parent, un excellent ami, est impossible. C’est pour cela qu’il est important d’accepter les imperfections, les erreurs, les imprévus, au détriment d’une perfection inatteignable. 

**

Finalement, l’enjeu d’un rééquilibrage entre la vie personnelle et la vie professionnelle est de parvenir à recloisonner ces deux mondes qui sont souvent devenus imperméables. En particulier pour les dirigeants, qui ont tendance à se fondre dans la vie de leur entreprise. Pour se préserver des dérives possibles, il est important d’anticiper l’éventuelle surchauffe et d’adopter des mesures pour alléger sa charge de travail et sa charge mentale : travailler moins pour se préserver !

Prenez votre carrière en main !

Vous n’êtes pas seule face aux problématiques spécifiques que vous rencontrez.
5A Conseil accompagne les femmes dans leur carrière. Conventionné et accrédité par la plupart des organismes, nos prestations sont financées à 100% dans la très grande majorité des cas. Nous proposons des Bilans de Compétences, des Formations, de la VAE, du Coaching...
N'hésitez pas à nous contacter pour convenir d'un rendez-vous !